'S'APPLIQUER DESORMAIS POUR L'EQUIPE', NICOLAS TOUZAINT

Crédit Scoopdyga

Lundi 30 juillet - 15h36 | lbernardini

'S'APPLIQUER DESORMAIS POUR L'EQUIPE', NICOLAS TOUZAINT

Pour sa quatrième olympiade, Nicolas Touzaint fait une entrée timide dans la compétition. Dans le test de dressage, Hildago de l’Ile, contracté, ne parvient pas à dérouler la parfaite reprise qui aurait pu mener son cavalier dans le Top 15. L’Angevin est désormais tout entier tourné vers le résultat par équipes.


GRANDPRIX-REPLAY.COM : Comment jugez-vous votre reprise ? NICOLAS TOUZAINT : Le cheval était bien souple, prêt à sortir une bonne performance, puis il s’est contracté en arrivant autour du rectangle et est resté contracté toute la reprise. Il signe donc une reprise correcte mais je n’ai pas pu l’exploiter au maximum pour aller chercher les points. Donc il a une note correcte, que j’aurais pu augmenter si je l’avais eu plus disponible. La déception n’est pas immense, mais je suis déçu, c’est vrai, je dois le reconnaître. Hildago n’est de toute façon pas un cheval pour gagner le dressage, mais plus disponible, il aurait pu avoir quatre ou cinq points de plus, et aurait pu terminer le dressage entre la dixième et la quinzième position.


GPR. : Cette atmosphère olympique a causé finalement beaucoup de problèmes aux couples, y compris aux têtes d’affiche. N.T. : L’ambiance du stade est particulièrement vivante : pas mal de chevaux sont en effet contractés, le mien en a fait partie malheureusement. Je m’attendais un peu à ce qu’il soit contracté, mais pas autant. C’est un cheval qui est meilleur quand il est un peu sur le gaz, vivant, brillant, mais là, on était encore dans le stade supérieur ! Il faut alors essayer de le gérer du mieux que l’on peut : pendant la reprise, je me suis surtout appliqué à ce qu’il ne fasse pas de grosses erreurs. Mais je ne pouvais plus aller chercher les points : je devais sortir quelque chose de propre, mais sans risque. Ce n’est évidemment pas suffisant à ce niveau-là où il faut aller chercher les points.


GPR. : Quelle stratégie allez-vous alors adopter désormais ? N.T. : Je vais essayer d’assumer mon rôle d’équipier le mieux que je pourrai. En ce qui me concerne, l’individuel est réglé, donc je vais m’appliquer pour l’équipe. Sur le cross, je pars en fin d’épreuve, je verrai donc les consignes de Laurent (Bousquet, ndlr) à ce moment-là, en fonction du résultat des autres équipes.


A Greenwich Park, Londres, Daniel Koroloff

À lire également...

Réagissez