Lundi 30 juillet - 22h19 | ElodieM

« UN SENTIMENT FANTASTIQUE », ZARA PHILLIPS

Troisième cavalière de l’équipe britannique à prendre le départ du test de dressage ce matin, Zara Phillips sort de piste avec un score tout à fait honorable de 46,10 points avec son jeune High Kingdom. Pour sa première olympiade, le couple aura pu compter sur le soutien du Prince Philippe et de la Princesse Anne, présents dans les tribunes.


« Je suis très satisfaite de la façon dont s’est passée ma reprise car ce n’est que la deuxième participation à une grosse compétition de ce niveau de High Kingdom. J’ai eu un problème sur le premier changement de pied alors que normalement c’est un mouvement qu’il réussi plutôt bien », résume l’ancienne championne du monde. Applaudie dés son entrée en piste, [Zara Phillips] se réjouissait du comportement exemplaire de sa monture, encore jeune à ce niveau. «  En dépit de cette faute sur le changement de pied, il a été très sage avec la foule et est resté froid dans sa tête alors qu’il peut parfois être assez effrayé, ce qui ne s’est pas du tout ressenti aujourd’hui ». Avec un total de 46,10 points, le couple britannique réalise quand même une belle performance et compte bien se rattraper demain sur le cross : «  Il ne nous reste plus qu’à être meilleur demain », sourit-elle. « Entrer dans ce stade est incroyable, il y a un sentiment fantastique de faire partie des Jeux olympiques, de monter pour son pays, le fait d’être ici avec le public c’est aussi vraiment super. J’ai pu ressentir le support de la foule lorsque je suis entrée sur le carré et je suis chanceuse que mon cheval ne se soit pas un peu crispé avec l’enthousiasme des supporters », conclut-elle.

 
Mais pour la petite fille de la reine d’Angleterre, le plus dur restera à faire demain sur un parcours de cross qui s’avère éprouvant. « Je pense que le parcours de cross est superbe et va demander beaucoup de travail aux cavaliers et aux chevaux avec un temps très rapide. Il n’y a pas de quoi souffler, tout s’enchainera très vite ».

 
A Greenwich Park, Londres, Elodie Muller
 

À lire également...

Réagissez