Vendredi 20 juillet - 15h15 | lbernardini

« L’OBJECTIF DE LA MEDAILLE RESTE LE MEME », HENK NOOREN

A moins de deux semaines de l’ouverture des Jeux olympiques de Londres, GrandPrix-replay.com a souhaité prendre des nouvelles de l’équipe de France de saut d’obstacles par l’intermédiaire du sélectionneur Henk Nooren, qui participera à ses premières olympiades sous les couleurs du drapeau tricolore. 


 
 
GrandPrix-replay.com : Comment vont les troupes françaises ? Les résultats de ces dernières semaines vous ont-ils rassuré ?
Henk Nooren : Les résultats de ces dernières semaines sont en fait ceux que nous avions espéré lorsque nous avions établi le programme en octobre et novembre de l’année dernière. Aujourd’hui, c’est vraiment dommage pour l’équipe qu’Orient Express et Patrice Delaveau ne soient pas là mais nous avons encore aujourd’hui un groupe de cinq-six couples performants et j’espère qu’à la fin les cinq restants seront très en formes comme ce qu’ils ont montré en ce moment. Nous avons vu récemment qu’Olivier (Guillon, ndlr) gagnait le Global Champions Tour à Wiesbaden, puis Kevin (Staut, ndlr) gagnait à Monaco, Roger-Yves Bost remportait le CSI 4* de Fontainebleau et Simon (Delestre, ndlr) prenait la troisième place du Grand Prix de Rotterdam. J’espère que cette forme est présente au bon moment ce qui est bien pour l’esprit d’équipe et pour tout le monde. Il est important que l’on garde cette forme pour encore deux semaines.

 
GrandPrix-replay.com : Le forfait d’Orient Express et Patrice Delaveau a été un coup dur pour l’équipe et vous a forcé à revoir vos plans. Cela change-t-il beaucoup la donne ?
Henk Nooren : C’est dommage car c’est un couple qui revenait en forme dernièrement surtout à St Gall puis à Rotterdam avec un cheval qui sautait vraiment de mieux en mieux. C’est donc évidemment dommage d’abord pour Patrice puis pour l’équipe et pour les propriétaires mais c’est aussi le risque et je crois que nous avons cinq autres couples qui sont capables de réaliser les mêmes performances.

 
GrandPrix-replay.com : Quel va être le programme pour les Bleus jusqu’au départ pour Londres ?
Henk Nooren : Quelques chevaux ont fait leur dernier concours la semaine dernière à Geesteren et d’autres ont fait quelques épreuves d’entrainement et tout le monde se rejoindra chez moi lundi prochain où nous passerons une semaine ensemble, avant que les chevaux ne partent pour Londres. Bien sûr nous regardons toujours chaque couple séparément. Nous ferons des séances individuelles avec chacun d’entre eux.

 
GrandPrix-Replay.com : Comment sentez-vous les couples aujourd’hui, l’objectif de la médaille reste-t-il le même malgré les changements ? Quel est votre mot d’ordre à un peu plus d’une semaine de partir ?
Henk Nooren : Oui absolument la médaille reste notre objectif. A ce stade de la préparation et à quelques jours du départ nous devons espérer que nous avons fait tout le nécessaire, que nous avons bien oublié les mauvaises passes (rires) et nous devons maintenant souhaiter que tous les couples restent en bonne santé et en bonne forme jusqu’à la fin.

 
GrandPrix-replay.com : La France n’était pas présente lors des derniers Jeux olympiques de Hong Kong en 2008. Est-ce une pression supplémentaire pour vous ?
Henk Norren : Pas pour moi car lors des derniers JO je n’étais pas présent avec la France (rires), alors non je ne ressens pas de pression supplémentaire. Les Jeux olympiques sont bien sûr une épreuve attendue depuis quatre ans par les athlètes donc il y a forcément une pression plus forte sur eux. C’est tout à fait normal et cette pression est la même sur toutes les équipes y compris la notre.

 
GrandPrix-replay.com : Justement la France fait partie des équipes qui peuvent prétendre au podium. Quelles seront pour vous celles dont il faudra se méfier tout particulièrement ?
Henk Nooren : A mon avis il y a tout un groupe qui se tient comme nous l’avions vu lors des Jeux équestres mondiaux en 2010 à Lexington, avec l’Allemagne, les Etats-Unis, la Suisse, la Grande-Bretagne, peut-être la Suède car ils connaissent un peu de malchance aujourd’hui avec les forfaits de piliers dans leur équipe. Il y a aussi les Néerlandais donc je pense que cela regroupe au moins six ou sept équipes qui sont capables de monter sur le podium olympique sans oublier aussi l’Ukraine. Cela va être dur, mais comme toujours.

 
GrandPrix-replay.com : Une équipe en particulier pourrait créer la surprise ?
Henk Nooren : Je crois que les Saoudiens sont un peu moins forts que ces dernières années et l’Ukraine possède trois très bons couples mais leur quatrième cavalier, Alexander Onyshchenko est moins fort que les autres alors on ne sait jamais. On a vu de nombreuses fois aux Jeux olympiques que les surprises pouvaient arriver et surtout en individuel.

 
GrandPrix-replay.com : Et une médaille par équipe pourrait vous faire changer d’avis sur votre décision de quitter la tête des Bleus ?
Henk Nooren : Non pas du tout cela ne changera pas. Mais il est vrai que j’aimerais bien continuer dans un format différent avec l’équipe de France comme coach technique par exemple, mais pas comme sélectionneur.

 
Propos recueillis par Elodie Muller
 

À lire également...

Réagissez