DES NOUVELLES DE MAESTRO DE LA LOGE

Crédit Jennifer Decamp

Lundi 02 juillet - 17h32 | ma.thierry

DES NOUVELLES DE MAESTRO DE LA LOGE

Le départ soudain de Maestro de la Loge des écuries de Pénélope Leprevost, fin avril, avait fait couler beaucoup d’encre. L’étalon fils d’Esterel des Bois avait pris la direction des écuries de Julien Epaillard qui, dans la foulée, un mois plus tard, le vendait au Qatar, par l’intermédiaire de Pierre Baldeck. Quatrième récemment du Grand Prix Global Champions Tour de Wiesbaden, Julien Epaillard avait vite fait briller l’ancien étalon de Didier Emerau. Avant-hier, Maestro de la Loge et son nouveau cavalier, le Qatari Mubarak Al Rumaihi, foulaient la piste de Monaco. L’occasion de prendre des nouvelles de Maestro auprès de son nouveau cavalier.


 
GRANDPRIX-REPLAY.COM : A qui appartient désormais Maestro de la Loge ? MUBARAK AL RUMAIHI : Maestro a été racheté par les forces armées du Qatar. Au Qatar, il y a trois entités différentes : l’armée, la fédération équestre et la police. Tous les trois ont beaucoup investi ces dernières années dans des chevaux de haut niveau. Depuis ces derniers mois, l’armée a acheté sept étalons dans le projet futur d’acheter sûrement aussi de bonnes mères et de faire de l’élevage.

 
GPR : Que pensez-vous de Maestro ? M.A.R. : C’est un cheval incroyable, qui deviendra vite mon cheval de tête. Il est très confortable et c’est un gentil étalon qui ne fait pas de bêtise, il ne mord pas par exemple et dispose d’un bon caractère et d’une bonne tête. Je me suis beaucoup entretenu avec Pénélope lors du Global Champions Tour de Cannes. Elle m’a donné quelques conseils. Quand on la regardait monter Maestro, cela paraissait simple, alors que ce n’est pas si facile que cela ! Il a beaucoup de force et il faut que j’apprenne à le connaître. Pénélope m’a dit qu’à la maison, il était très calme et nonchalant alors qu’en piste, il se transforme complètement et devient un véritable guerrier ! J’ai été très surpris car je ne l’ai monté qu’une seule fois avant de venir à Monaco. Je ne pouvais pas le monter car nous étions sur une Coupe des Nations. Je n’ai sauté que 90 cm a la maison alors commencer dans l’épreuve d’ouverture à 1,45m sur une petite piste comme celle de Monaco, cela n’était pas facile. Je sors avec neuf points. Je ne l’ai donc pas engagé hier dans le petit Grand Prix qui était trop haut pour le moment mais aujourd’hui, dans l’épreuve 145, il se classe treizième en sortant sans-faute avec deux points de dépassement de temps. Cela commence déjà à aller mieux ! Notre entraîneur allemand Karl Schneider avait aussi téléphoné à Julien Epaillard pour prendre quelques conseils qui ont été bénéfiques.

 
GPR : Quels sont les projets avec lui ? M.A.R. : L’équipe du Qatar est installée en Allemagne. Nous allons donc sortir le week-end prochain Maestro sur un CSI là-bas. Puis nous allons courir l’Arabian League qui commence au Maroc pour essayer de nous qualifier pour le circuit Coupe du monde cet hiver. Puis nous irons courir les Jeux asiatiques et les Pan Arab Games. L’an prochain nous allons aussi essayer de prendre comme entraineur Markus Fuchs.

 
A Monte-Carlo, Jennifer Decamp

À lire également...

Réagissez