Samedi 02 juin - 20h03 | Daniel

LAURENT BOUSQUET : « J’Y VOIS PLUS CLAIR »

Les Jeux olympiques approchent à grands pas… A quelques semaines de l’annonce de la sélection définitive des couples de concours complet, GrandPrix-replay.com a souhaité avoir le sentiment du chef d’équipe tricolore, Laurent Bousquet.


GrandPrix-replay.com : A l’issue du CICO de Fontainebleau, vous parliez de « coup de pied aux fesses pour les Français ». Comment a évolué la situation depuis ?
Laurent Bousquet : La situation a évolué dans le bon sens. On voit que les couples français sont beaucoup plus opérationnels et compétitifs qu’il y a deux mois. Le coup de pied aux fesses de Fontainebleau n’en est certainement pas la seule raison. Je pense que ça a obligé un certain nombre de couples à remettre des choses en question, à serrer un peu plus les boulons. Et puis, Fontainebleau marquait le début de saison. Des ajustements avaient été faits pendant l’hiver et avaient encore besoin de temps pour se roder. Aujourd‘hui, à deux mois des Jeux, tous ces réglages commencent à se mettre en place.

 
 
GrandPrix-replay.com : Nous sommes aujourd’hui à quelques semaines de l’annonce de la sélection pour les Jeux olympiques de Londres ? Dans quel état d’esprit êtes-vous ?
Laurent Bousquet : Les choses commencent à s’éclaircir naturellement.J’y vois plus clair par rapport à l’état de forme des différents couples. Cependant, il nous reste encore un mois de travail avant l’annonce de la sélection définitive. Je trouve que les couples, avec des hauts et des bas dans les parcours de saison, vont quand même tous dans le bon sens. Comme toujours, et comme dans toutes les équipes, nous devons faire face à des blessures. Quel que soit le sport de haut niveau, on est toujours tributaire de pépins de santé. Il faut faire avec. Quand on dispose d’un vivier de couples assez large au départ, cela permet d’avoir encore du réservoir même après quelques défections.

 
 
GrandPrix-replay.com : Le week-end dernier, une importante délégation française a pris part au CICO de Houghton Hall en Angleterre. Quels enseignements en avez-vous tiré ?
Laurent Bousquet : La quasi-totalité des couples présents se sont bien comportés.Les chevaux comme les cavaliers étaient en forme.Sur les huit chevaux engagés, les huit sont sans-faute sur le cross qui était assez sérieux. Il reste encore des petits réglages à affiner, épreuve après épreuve, mais j’ai trouvé que les couples engagés étaient en forme.

 
 
GrandPrix-replay.com : Quelles sont les nouvelles de Quirinal de la Bastide qui n’avait pas été présenté lors de la dernière journée de compétition à Marbach il a quelques semaines?
Laurent Bousquet : Quirinal va très bien. Il s’agissait d’une blessure tout à fait bénigne mais qui était ennuyeuse car il s’était coupé au niveau de la couronne avec son autre antérieur. On a fait le choix de ne pas le présenter à la dernière inspection vétérinaire. Aujourd’hui, tout va bien. Le cheval retravaille et resaute. Il sera à Vittel, après un programme de concours de CSO et de dressage.

 
 
GrandPrix-replay.com : Vittel sera la compétition à ne pas manquer donc…
Laurent Bousquet : Vittel étant la dernière épreuve à courir avant les Jeux, il est évident que la performance aura une influence sur la sélection. Mais, ca ne veut pas dire que je vais demander aux cavaliers à Vittel de monter « pied dedans ». Ce qui m’intéresse, c’est de voir que les couples sélectionnables soient en forme, maitrisent bien leur technique et restent sereins dans ces conditions de sélection olympique.

 
 
GrandPrix-replay.com : Une fois que la sélection sera annoncée, quel sera le planning de l’équipe de France entre Vittel et les Jeux ?
Laurent Bousquet : La sélection sera annoncée après Vittel. A l’issue de la compétition, un certain nombre de chevaux seront retenus pour passer un bilan vétérinaire à Saumur avec le vétérinaire de l’équipe de France Xavier Goupil. La sélection sera annoncée soit le lundi soir, soit le mardi. Sept couples seront retenus pour le stage de préparation du 8 au 23 juillet à Saumur : cinq titulaires et deux remplaçants. On va évidemment travailler le dressage, le saut d’obstacle et la condition physique des chevaux, en présence de Jean-Pierre Blanco et moi-même. Henk Nooren et Hartwig Burfeind se déplaceront également pour effectuer les derniers réglages.

 
 
Propos recueillis par Marie-Anaïs Thierry.

À lire également...

Réagissez