Samedi 12 mai - 19h19 | ma.thierry

« PAS DE PRESSION PARTICULIERE POUR LES JO », JEAN LOU BIGOT

Jean Lou Bigot fait partie des meilleurs complétistes français mais après une blessure aux abducteurs lors des derniers Master Pro de Pompadour, il ne peut poursuivre les championnats. Il s’impose tout de même à Jardy lors du CCI 1* avec [Lotus Gobaude] et prend la quatrième place avec [Johara de Petra].


 
 
GrandPrix-replay.com : Êtes-vous satisfait de vos résultats à Jardy ?
Jean Lou Bigot : Cette épreuve n’était pas prévue au départ vu que je devais faire les Master Pro de Pompadour, et puis étant tombé avec mon premier cheval, je me suis blessé aux abducteurs et je n’ai pas pu monter mes chevaux, Lotus et Johara. Du coup, on a un peu changé le programme et on a décidé d’aller à Jardy. Certes les chevaux étaient surclassés, mais il s’agissait surtout de les garder en forme. Du coup, Johara ira à Saumur la semaine prochaine pour le CCI 3* et Lotus à Houghton Hann en Angleterre la semaine suivante pour un CIC 3*. Nous avons donc participé au concours de Jardy vraiment dans le but de les travailler. Et puis, comme ils se sont bien comportés, c’est vrai que c’était d’autant plus agréable. Les deux chevaux ont bien réussi les trois tests, c’est très satisfaisant. Même s’ils courraient dans une épreuve inférieure à ce qu'ils ont l'habitude, cela n’enlève en rien le plaisir de se rendre compte qu’ils vont bien.

 
GrandPrix-replay.com : Pouvez-vous nous en dire plus sur vos deux chevaux qualifiés sur la longue liste olympique lors du CCI 3* de Barroca d’Alva, au Portugal?
Jean Lou Bigot : Tous les deux vont très bien (Lotus et Johara), on les travaille régulièrement en vue de la sélection olympique. Ils sont bien encadrés et c’est très agréable de travailler avec Jean-Pierre Blanco et Laurent Bousquet, et les intervenants extérieurs sont également très qualifiés, ils connaissent bien les chevaux. Il faut vraiment que je sois performant à Saumur, puis en Angleterre, et bien sûr à Vittel prochainement. Ce sont trois épreuves qui vont être importantes à l’approche des sélections. L’entraineur fera ensuite son choix : si je suis sélectionné, cela me fera très plaisir, dans le cas contraire je ne me vexerai pas pour autant, ce n’est pas très grave.

 
GrandPrix-replay.com : Justement, vous sentez-vous confiant à l’approche de la sélection ?
Jean Lou Bigot : Je n’ai pas vraiment l’impression d’avoir les « crocs » pour la sélection. Si mes chevaux vont bien, que je m’entraine bien et que je monte bien à cheval, j’aurai mes chances. En revanche, si je fais trop d’erreurs je ne serai pas sélectionné, et donc bien sûr, j’essaye de ne pas en faire. Je ne ressens pas de pression particulière. Le haut niveau est toujours quelque chose d’agréable à vivre, mais les Jeux olympiques ne sont pas un enjeu capital pour moi. C’est certain que c’est important et que je serais plus que ravi d’être sélectionné.


GrandPrix-replay.com : Quelle est la suite du programme pour vous et vos chevaux ?
Jean Lou Bigot : Les compétitions auxquelles je suis sûr de participer sont donc Saumur avec Johara, puis l’Angleterre avec Lotus, sans oublier le Grand National de Vittel avant la sélection. Ensuite, si je ne suis pas retenu pour Londres, je verrai à ce moment-là quel sera mon programme. Je songe notamment à aller à Burghley avec ces deux chevaux à la fin du mois d’août, c’est un concours auquel je pense depuis le début de l’année maintenant. Mais aussi les Etoiles de Pau, plus tard dans la saison, en octobre. Il y a de belles compétitions après les Jeux, il ne faut pas les négliger. On peut vivre sans les Jeux olympiques !

 
Propos recueillis par Lola Bernardini

À lire également...

Réagissez