Dimanche 18 mars - 19h36 | ElodieM

PIE MICHEL ROBERT ENTRA EN PISTE...

Deuxième grosse épreuve pour cette troisième édition du Saut Hermès, au cœur de Paris, et première victoire française en la personne de Michel Robert. A la deuxième place, la Suissesse Janika Sprunger continue d’impressionner.


Quarante-et-un partants, un premier clear-round qui tarde à arriver. Et Katharina Offel, en selle sur Cathleen, à qui les pistes de Frank Rothenberger semblent sourire après sa belle deuxième place dans le Grand Prix de la Coupe du monde de Lyon, ouvre la voie. Billy Twomey sur Romanov, Beat Mändli sur Watch Me, et Patrice Delaveau sur Lacrimoso lui emboitent le pas. Le Normand est certes bien moins rapide que l’Ukrainienne (66’39 vs 60’16) mais l’étalon du Haras des Coudrettes n’a que huit ans, et continue sa progression. Derrière lui, la jeune Suissesse Janika Sprunger, sur JL’s Komparse descend le chronomètre de l’Ukrainienne d’une seconde : 59’49 ! Pour Edwina Alexander, qui suivait l’épreuve dans les tribunes, « Janika est extraordinaire ! Cette jeune fille a une gagne incroyable. Ajoutez à cela le fait qu’elle dispose d’un superbe piquet, et vous vous rendez compte qu’elle va être redoutable dans les années à venir. » Ni Kevin Staut sur Silvana, ni Luciana Diniz sur Lennox, ni Jérôme Hurel sur Ohm de Ponthual ne parviendront à rivaliser avec celle qui s’imposait déjà hier sur son hongre d’onze ans devant Christian Ahlmann et Jessica Kürten.


Il faudra attendre qu’une certaine Catapulte se décida à mettre les turbos. La jument pie de Michel Robert avait déjà brillé dans l’épreuve du samedi du Jumping de Bordeaux. « Je savais qu’elle pouvait le faire », commente alors son cavalier, également consultant sur le Saut Hermès. « Hier, vendredi, j’ai été très pris par mon rôle de consultant. Alors aujourd’hui, comme je savais que la jument avait ses chances, j’ai décidé de me consacrer entièrement à mon rôle de cavalier. J’ai pris le temps de la préparer tranquillement. Toutefois, je ne pensais pas avoir été aussi rapide que Janika, j’ai manqué quelques virages. Mais une fois de plus, la jument a démontré qu’elle savait aller très vite. » Dans le Grand Prix de dimanche, le Rhônalpin sera associé à Nenuphar’Jac.


Au Grand Palais de Paris, Daniel Koroloff

À lire également...

Réagissez