Mercredi 30 novembre - 15h15 | Sophie Eustache

CSI2* STRAZEELE: LE SACRE DE HENRI KOVACS

Les concours de Strazeele semblent faits pour révéler  les talents de demain. Ainsi après la victoire de Casio Rivetti fin octobre, voici maintenant qu’un Hongrois, Henri Kovacs, vient inscrire son nom sur les tablettes de l’Association Hippique avec une audace remarquable.

 



Avec Henri Kovacs, premier, [Abdullah Al Sharbatly], deuxième, et [Timothee Anciaume], sixième, la jeunesse a prévalu dans le Grand Prix comptant pour la Ranking List, même si Fidel Segovia, [Albert Zoer], [Philippe Le Jeune] ou encore [Olivier Desutter] ont prouvé qu’il fallait toujours compter sur eux. Le jeune cavalier hongrois ne s’est nullement laissé impressionner ni par l’enjeu ni par la qualité du plateau de ce Grand Prix. Pour devancer le vice champion du Monde Abdullah Al Sharbatly, il fallait une bonne dose d’audace et d’insouciance.

 

C’est pourtant ce qui s’est produit dimanche sur la piste du Haras des Roses où un plateau exceptionnel était rassemblé pour le Grand Prix. La sélection s’est faite sans concession pour le barrage et parmi soixante-neuf cavaliers au départ, onze se sont assurés une place dans le barrage.

 

D’entrée, le vice champion du monde a annoncé la couleur du barrage en donnant le temps de référence : 35’77. Le saoudien ayant mis la barre à un tel niveau il semblait impossible que la victoire lui échappe. Virginie Thonon et Frédérik Cattebeck se sont risqués au jeu mais sont allés à la faute. Olivier Desutter, tout comme Timothée Anciaume ont préféré assurer derrière Albert Zoer et Philippe Lejeune après s’être fait quelques frayeurs. Restait Henri Kovacs. Le jeune hongrois a relevé un défi auquel personne n’osait croire et lorsque le chrono s’est arrêté, trois centièmes de seconde le séparaient de Abdullah Al Sharbatly.

 

Henri Kovacs a laissé plus qu’un souvenir à Strazeele. On peut être certains que ses adversaires auront désormais un regard encore plus attentif sur lui. Dès samedi il s’imposait devant un autre jeune très prometteur, Thibaut Lejeune. Le dimanche matin il enlevait de main de maître le Grand Prix CSI1* devant un  autre ténor de l’équitation : l’Américain Peter Wylde, médaillé d’or aux JO d’Athènes en 2004.
 

Nelson Pessoa, présent à Strazeele, n’a pas tari d’éloges les cavaliers mais aussi les organisateurs sur la qualité du concours en laissant entendre qu’il reviendrait, lui aussi. Un beau signe de reconnaissance. 

À lire également...

Réagissez