Timothée Anciaume prépare l'avenir

Timothée Anciaume & Quarnac du Mesnil (Ph. Scoopdyga)

Samedi 08 octobre - 23h43 | ElodieM

Timothée Anciaume prépare l'avenir

Engagé ce week-end au Master Pro de Fontainebleau chez les sept ans avec deux chevaux, Quito du Vilpion et Quarnal du Mesnil, qu'il classe d'ailleurs dans le Top 10 final, Timothée Anciaume a confirmé la vente de son ex-cheval de tête, Litsam*HN.


« Le cheval a été vendu à un cavalier chilien qui travaille avec Guy Jonquères d'Oriola, c'est un copain de Thomas Couve Correa. Le cavalier est venu l'essayer au mois d'août, ça s'est tout de suite bien passé », explique Timothée Anciaume. « Evidemment, j'aurais bien gardé Litsam, mais je n'avais pas vraiment le choix. France Haras a une nouvelle politique, ça fait partie du jeu », poursuit le cavalier.


Le Normand garde tout de même espoir. En plus de ses sept et huit ans prometteurs mais devant encore mûrir, Timothée Anciaume essaye en ce moment plusieurs chevaux. « On m'a proposé de monter deux chevaux, Resa Sha du Chenois (un dix ans par Kashmir van Schuttershof ndlr) ainsi qu'une jument. J'ai essayé Reza dans le CSI 1* de Jardy, je l'aime vraiment bien. Il a l'air d'avoir de bons moyens », confie le cavalier enchanté par cette nouvelle monture. Le couple sera notamment au CSI 3* de Saint-Lô d'ici dix jours, avant peut-être de poursuivre l'aventure.


« Je vais essayer de me refaire un piquet de chevaux », résume le cavalier dont le cheval de tête est aujourd'hui Olympique Libellule, un fils de Jarnac. Timothée Anciaume sera prochainement aux CSI 3* de Saint-Lô et de Caen, au 2* de Lyon et sûrement à Montpellier. De quoi engranger de l'expérience pour l'ensemble de ces chevaux, jeunes ou moins jeunes. Lors du Master Pro de Fontainebleau, le cavalier a confirmé avec ses sept ans qu'il compte « amener progressivement sur des Grands Prix nationaux et des 2* » la saison prochaine. « J'ai la chance d'en avoir des bons, dont je pense, plusieurs chevaux de Grands Prix dans le lot », conclut-il.


Marie-Anaïs Thierry
 

À lire également...

Réagissez