Mercredi 28 septembre - 12h05 | ElodieM

CSI Strasbourg Geispolsheim : le retour de Daniel Etter !

Le CSI de Strasbourg réservait bien des surprises cette année ! Aillant refait complètement la piste et le paddock , les organisateurs ont ainsi pu tabler sur les engagements de quelques pointures internationales d’envergure telles que [Simon Delestre], [Philippe Rozier] ou encore [Daniel Etter]. S’il avait un peu disparu des grandes pistes depuis le départ de [Peu a Peu], le champion suisse a su nous offrir dimanche après-midi son sourire des grands jours.

 

 
Un visage aussi rayonnant que ses parcours puisqu’il s’imposait tour à tour dans les deux dernières épreuves ! Mais à n’en pas douter celle du Grand Prix a été la plus savoureuse ! Seuls deux cavaliers parvenaient au barrage sur ce tracé du chef de piste Jean-Claude Quque. Ce manque de sans-faute laissait croire que certains cavaliers avaient sous estimé le niveau de l’épreuve ou bien avaient laissé leurs forces dans les parcours précédant. Simon Delestre prouvait à ceux qui en doutaient encore que sa place de n° 8 mondial valait bien un sans-faute à Strasbourg ! C’est avec Whisper qu’il rendait honneur au public enthousiaste de le retrouver au barrage.
 
Un enthousiasme que Kumps et Auer auraient bien voulu partager si le chrono leurs en avait laissé le temps ! Au final c’est donc Daniel Etter qui s’impose en plaçant sa Constanza sur le meilleur tracé. Simon Delestre, fidèle à son habitude de battant, mettait Whisper sur orbite mais une barre stoppera le satellite ! Daniel Etter partageait le plaisir de la victoire retrouvée : «  C’est vrai que ça fait du bien ! Aujourd’hui tout allait pour le mieux. J’ai de bons chevaux qui ne demandent qu’à murir ! Constanzia (Cardino) est une superbe jument et je pense qu’elle va pouvoir entreprendre de plus grosses épreuves cet hiver. En tous cas je suis vraiment satisfait de sa progression. » Un plaisir que nous souhaitons des plus renouvelé pour un Daniel Etter en route pour un retour au plus haut niveau.
 

 
Christian GERHARD

À lire également...

Réagissez