Samedi 24 septembre - 21h07 | ma.thierry

Markus Fuchs jette l'éponge avec la sélection italienne !

Dimanche soir, Markus Fuchs n’entrainera plus l’équipe italienne de CSO !

Nommé capitaine de l’équipe italienne en juin 2009, il menait alors les cavaliers transalpins à la victoire de la Coupe des nations de Dublin puis quelques semaines plus tard, sur le podium de Windsor. Ces résultats fulgurants, passant de la gondole à la vedette offshore, sont peut-être aussi l’une des conséquences de la défaillance qui a suivi. Sans doute un peu grisés par leurs exploits et les offres qui en découlaient, les « cavallerizzi» nageaient alors dans l’euphorie du moment. Les ventes de plusieurs chevaux de tête, comme la jument de [Natale Chiaudani], Snai [Seldana], privaient alors le mentor suisse de bases suffisamment solides pour espérer maintenir le cap ! Les palabres et autres désinvoltures ont eu raison des nerfs pourtant solides de l’olympique suisse ! D’autant qu’à Madrid, Markus Fuchs n’officiait déjà plus qu’en tant qu’entraineur, Stefan Scacabarozzi, jouant le rôle de chef d’équipe ! La goutte de Lambrusco qui a fait déborder le pichet : «  J’en ai assez de toutes ces turpitudes ! J’avais un contrat jusqu’au JO mais là, je dis stop ! Je ne suis pas fâché mais ce n’est pas ma façon de travailler !» Un contrat en or qui assurait de substantiels revenus mais qui n’auront pas suffit à maintenir Markus Fuchs à la tête de la Squadra ! «  Cela a été une expérience de plus dans ma vie et il y eu de très bons moments aussi ! Maintenant la page se tourne et je vais me retrouver plus proche des miens. Je souhaite me consacrer un peu plus activement au commerce et j’ai des demandes de coaching privé. »
 
 

 
A n'en pas douter, Markus Fuchs ne va pas chômer longtemps ! S’il souhaite d’abord retrouver un peu plus de sérénité, il ne ferme pas la porte à d’autres demandes. « Je reste ouvert et dans la vie on ne sait jamais... »
Eh pourquoi pas avec les cavaliers suisses ? Il était bien à leurs côtés à Madrid…En attendant il projette déjà de passer l’hiver au soleil de Palm Beach, histoire de développer son business outre atlantique !
 
 

 
 
Christian GERHARD.
 

À lire également...

Réagissez