Jeudi 15 septembre - 19h34 | ma.thierry

Madrid : La France en tête après la chasse!

Le premier jour de compétition de ces championnats d’Europe a tenu toutes ses promesses ! D’entrée de jeux les cavaliers se sont retrouvés sur les hauteurs d’un parcours digne d’un tel challenge. Côté public, les tribunes encore clairsemées n’en ont pas moins vibré, prouvant au passage que la chaleur ambiante se transmettait aux applaudissements ! Certes nous n’allons pas exagérer. La « oooollllaa ! » attendra encore un peu !


Olivier Guillon en leader !
En tous cas c’est la Marseillaise qui retentissait au final de cette épreuve…interminable ! Cinq heures pour voir passer les quelques soixante-sept engagés et il valait mieux ne pas partir avant la fin pour connaître le résultat ! Si d’aucun voyait le vingtième partant Beat Mandli s’imposer après son magnifique parcours tracé au cordeau sur Louis, les rebondissements ont fini par troubler les esprits en fin de partie. C’est [Olivier Guillon] qui aura été le premier trublion, avec un [Lord de Theize] au top, qui plaçait la banderille sur la ligne du chrono à 78.85 ! « Nous sommes les plus rapides mais je ne suis jamais passé dans la zone rouge » rajoutait Olivier Guillon d’un sourire semblant dévoiler un brun de malice. Une malice qui tournait à la fourberie pour le camp autrichien qui après le sans-faute de [Stefan Eder], clamait une victoire acquise ! Le doute a envahit un moment le camp des supporters des bleus déjà nombreux en ce premier jour. La supercherie a vite été effacée par le tableau officiel qui nous confirmait la victoire du Français ! Au-delà de cette victoire c’est toute l’équipe de France qui est au meilleure poste puisqu’avec les sans-faute de [Kevin Staut] et [Michel Robert] et le petit quatre points de [Penelope Leprevost], la France est en tête des nations devant sa grande rivale, l’Allemagne à moins d’une barre ! Mais les jeux sont loin d’être fait et la Coupe des nations promet de remettre bien des pendules à l’heure du soleil espagnol .

 
A Madrid, Christian GERHARD

À lire également...

Réagissez