Vendredi 16 septembre - 10h04 | ma.thierry

'L'objectif était la médaille par équipes', Pascal Forabosco

Pascal Forabosco, sélectionneur de l'équipe Juniors et Jeunes Cavaliers de concours complet, rentre avec des cavaliers qui ont su se démarquer aux championnats d'Europe Juniors de Vale Sabroso. Une médaille de bronze pae équipe et une médaille d'argent en individuel ont de quoi faire trembler le duo Allemagne/ Angleterre, intouchable ces dernières années. Pascal Forabosco revient sur ces championnats pour Grand Prix Replay.




Grand Prix Replay : La France rentre avec deux médailles du Portugal, quel bilan en tirez-vous?
Pascal Forabosco : J'en tire un bilan très positif. Nous étions partis  pour gagner une médaille, donc en remporter deux, c'était très bien. Je suis satisfait de la performance des cavaliers en général, malgré quelques difficultés sur le dressage.  Ce sont avant tout des chevaux de CSO, il faut en tenir compte. Sinon tout s'est passé comme je le pensais.  Grâce à la préparation préalable, j'ai fait en sorte que l'équipe soit groupée au dressage. Comme ça si j'en ai un qui décroche, on ne perd pas de points par équipes.
L'autre vrai victoire, c'est de s'être rapproché des Allemands et des Anglais. Cela fait trois fois que je viens à ce concours, trois fois qu'ils sont intouchables. Il faut dire qu'ils ont des chevaux à grosse locomotion, donc ils ont une longueur d'avance. Réussir à rester collé à eux cette année, c'est une victoire.




Grand prix Replay : Qu'avez-vous pensé du cross?
Pascal Forabosco : Le cross n'était pas facile du tout. Le gué a posé pas mal de problèmes, c'était un peu la roulette russe. La palissade mettait les chevaux tout de suite au niveau de l'eau, donc beaucoup ont trébuché et il y a eu pas mal de chutes. En individuel, je comptais sur Julie Jalaguier et Nabeul de Soulac, mais sa chute a tout arrêté. Heureusement, elle et le cheval vont bien.




Grand Prix Replay : Quelle était l'ambiance dans le clan français?
Pascal Forabosco : L'ambiance était très bonne!  Pourtant on a passé quinze jours tous ensemble, parents et jeunes, ce qui aurait pu ne pas être facile. Mais tout s'est très bien passé, ils sont restés soudés jusqu'au  bout. Il faut dire qu'ils se rendent sur les mêmes concours donc ils se connaissent déjà.




Grand Prix Replay : Un mot sur Kevin Seigner? Était-ce une surprise?
Pascal Forabosco : Le fait qu'il gagne une médaille a été une surprise pour tout le monde, sauf pour moi! Je connais bien ce couple, je l'avais déjà repéré. L'avantage de la tournée des As, c'est de bien connaître les cavaliers et les chevaux avec lesquels on travaille. C'est un couple assez compliqué mais intéressant. Comme souvent en France, le cheval a beaucoup de qualités mais est très difficile à exploiter.
J'ai remarqué que dès qu'il sort de stage avec moi, il est classé. Le fait de le sortir deux fois par jour lui donne une bonne cadence, la routine vient vite et il rentre dans un moule adapté à la compétition. Je suis content, on a misé dessus, ça a payé, ce n'est pas toujours le cas!




Grand Prix Replay : Quels étaient les objectifs avant le départ?
Pascal Forabosco : Le but était de repartir avec une médaille par équipes, ce que nous avons fait. On était vraiment pas loin des Anglais et des Allemands, les deux ayant fait une faute. En individuel nous n'étions pas en reste, avec un sans-faute dans l'équipe, contre les Anglais qui ont fait sans-faute et les Allemands qui ont tous fait une barre. Après c'est le sport, on ne peut pas tout prévoir. Ce qui est très important c'est qu'ils soient restés motivés et attentifs jusqu'au bout.




Grand Prix Replay : Quelle est la suite du programme pour les cavaliers et vous?
Pascal Forabosco : Pour les cavaliers, je leur ai conseillé de laisser les chevaux au repos pour la fin de l'année. Une moyenne de 38/40° C et un sol dur, ça fatigue les chevaux, mais je sais que certains iront aux CIC2* de Pau le 12 octobre. Quand à moi, ce sera la tournée des As à Chateaubriand à partir du premier octobre.




Propos recueillis par Anne-Charlotte Costabadie

À lire également...

Réagissez