Championnats d’Europe Jeunes à Broholm : le bilan d’Alain Francqueville

Domination allemande à Broholm (Ph. Ridehesten.com)

Lundi 01 août - 19h23 | ma.thierry

Championnats d’Europe Jeunes à Broholm : le bilan d’Alain Francqueville

De retour des championnats d’Europe de dressage à Broholm au Danemark, le chef d’équipe Alain Francqueville fait le point sur les performances tricolores. Les Bleus terminent huitièmes par équipe chez les Jeunes Cavaliers et dixièmes chez les Juniors.


 
Grand Prix Replay : Que retenez-vous de ces championnats d’Europe ?
Alain Francqueville : D’abord, il faut noter qu’à part Anne Chapron et Jessica Hel, il s’agissait du premier championnat d’Europe pour tous nos cavaliers. C’était leur baptême du feu. On a deux jeunes avec de bons résultats en individuel, Jessica Hel et Minos De Mazière et Sharon Yvroux avec Denzel, on n’est pas passé loin de la finale. Globalement, les couples se sont montrés un peu comme à Vierzon, c’est-à-dire en dessous de ce qu’on peut faire. Je cherche à comprendre les raisons de cette baisse de régime après le travail d’hiver et Compiègne…

 
Grand Prix Replay : Au regard des performances tricolores, quels point sont à améliorer ?
Alain Francqueville : Les éléments à améliorer sont techniques. Il y a d’abord un manque de rigueur dans la préparation. Les vitesses par exemple ne sont pas tout à fait bonnes, il manque de précision dans les tracés même si on a progressé. Il faut aussi trouver une meilleure gestion mentale. Mon souhait est qu’on améliore cette cohérence technique auprès des cavaliers, des différents entraîneurs… Le système que nous avons mis en place doit s’étoffer, s’intensifier. On a encore trop de décalages. Entre les stages et les compétitions, le suivi doit être plus précis.

 
Grand Prix Replay : Comment procéder pour améliorer ce suivi technique ?
Alain Francqueville : Un suivi vidéo est prévu dans ce suivi technique. L’idée est de filmer les cavaliers au travail et en compétition et d’évaluer leur progression. Ils pourront envoyer une vidéo de leur travail au trot par exemple et nous pourrons voir ensemble ce qui doit être amélioré.

 
Grand Prix Replay : La météo n’était pas clémente, qu’en est-il du jugement ?
Alain Francqueville : Le jugement a été particulier chez les Jeunes Cavaliers. Dans la première partie de l’épreuve individuelle, Anne Chapron est troisième sur trente-et-un partants, elle est notée à 61% alors qu’elle aurait dû avoir plus, même s’il y avait des fautes. Il y a aussi une chose anormale : l’affichage de notes pendant les reprises, ce n’est pas réglementaire. Ça freine les ardeurs des juges et les cavaliers sont tentés de jeter un coup d’œil sur les notes, ils sont donc moins attentifs sur le comportement du cheval.

 

Grand Prix Replay : Certaines nations semblent au dessus au lot…
Alain Francqueville : Il nous manque ce professionnalisme des Allemands et des Danois. Si on notait les cavaliers sur la détente, il est évident que ces deux nations seraient devant. Ils ont les mains et le dos en place et les aides sont parfaites, ils ne perdent pas un point. Ils ont des chevaux très bien dressés et ont aussi de gros moyens financiers. En France, on a peu de chevaux du niveau de certains pays. Il faut trouver des chevaux de professionnels qui sont très solides. Il faudrait que les professionnels et les propriétaires aient confiance en ces jeunes.

 
 
Propos recueillis par Marie-Anaïs Thierry.

À lire également...

Réagissez