Peder Fredricson, Cathal Daniels et Apache d’Adriers font les gros titres du dernier magazine GRANDPRIX

Crédit : Fabian Wester

Lundi 03 février - 11h14

Peder Fredricson, Cathal Daniels et Apache d’Adriers font les gros titres du dernier magazine GRANDPRIX

En février, GRANDPRIX propose un entretien exclusif avec l’homme qui a récolté pas moins de trois médailles en trois saisons dont l’or individuel aux Européens, Peder Fredricson. Apprenez également à connaitre le prodige du concours complet irlandais, Cathal Daniels. Rencontre avec la locomotive du dressage français Morgan Barbançon Mestre. Le prometteur complice de Jessica Michel-Botton, Dorian Grey de Hus, a quant à lui rendez-vous à Paris en 2024. Côté élevage, focus sur Apache d’Adriers qui ne semble pas prêt de tomber dans l’oubli, mais aussi sur l’élevage du Jouas, à qui Tum Play fait honneur. 

 - Peder Fredricson, Cathal Daniels et Apache d’Adriers font les gros titres du dernier magazine GRANDPRIX

“Je n’ai pas le sentiment d’être un modèle”, Peder Fredricson
Lorsqu’il n’est pas sur des chevaux, Peder Fredricson les peint. L’œuvre de sa vie a d’ailleurs de quoi rendre fou de jalousie bon nombre d’hommes. Présentant un physique élégant et élancé, un charme froid typiquement scandinave, une vie de famille parfaite, une réussite sportive insolente et un talent certain pour les arts plastiques, le Suédois a tout du père de famille idéal, mesuré et patient. Depuis 2016, celui qui était alors âgé de quarante-quatre ans a collectionné trois médailles majeures : l’argent individuel aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro, l’or individuel aux championnats d’Europe de Göteborg et l’argent collectif aux Jeux équestres mondiaux de Tryon. Indissociable du génial H&M All In de Vinck, qu’il espère retrouver au sommet de sa forme cet été aux JO de Tokyo, l’homme de Grevlunda, petit village de la côte sud suédoise, rêve de nouveaux grands succès. Infiniment humble, il est de ces hommes qui ne font jamais de vagues mais dont les accomplissements créent des tsunamis. Au lendemain d’une finale du Top Ten décevante, Peder Fredricson s’est livré dans une alcôve du CHI de Genève. Au propre comme au figuré, rencontre avec un grand Monsieur.
 
Cathal Daniels, une ascension tout schuss
Médaillé d’argent par équipes aux Jeux équestres mondiaux de Tryon en 2018, puis de bronze en individuel aux Européens Longines de Luhmühlen l’été dernier, Cathal Daniels, vingt-trois ans, n’a pas perdu une minute avec sa fidèle Rioghan Rua, qui lui avait déjà permis de glaner quatre breloques continentales, dont deux en or, en Juniors et Jeunes Cavaliers. En dépit de son jeune âge, ce poids plume fait même office de pilier du Trèfle en vue des Jeux olympiques de Tokyo. Indéniablement talentueux, le complétiste impressionne aussi par sa confiance en lui, son système et ses plans. À la tête d’une petite entreprise florissante, l’homme originaire de Galway ne semble avoir que sa discipline et ses chevaux à l’esprit.
 
“Je me bats toujours contre moi-même”, Morgan Barbançon Mestre
À dix-neuf ans, en 2012, Morgan Barbançon Mestre avait représenté l’Espagne aux Jeux olympiques de Londres. Sept ans plus tard, elle est devenue l’une des têtes d’affiche de l’équipe de France de dressage, qualifiée in extremis pour les JO de Tokyo. Bien que le collectif tricolore n’ait pas réussi à obtenir son sésame aux championnats d’Europe Longines de Rotterdam l’été dernier, ses meilleurs couples, dont celui formé par Morgan et Sir Donnerhall II, se sont battus jusqu’au bout pour pouvoir constituer un trio dit « composite » (lire page 36). Mission accomplie pour l’amazone de vingt-sept ans installée tout près de Genève, en Suisse, puisque les Bleus ont finalement obtenu le droit de se produire au Japon.
 
Tum Play fait l’honneur du Jouas 
Le 8 décembre dernier, Steve Guerdat s’est classé neuvième du Grand Prix du Longines Masters de Paris avec un nouveau cheval à ce niveau, Tum Play du Jouas. Né chez la famille L’Honorey, à Thiberville dans l’Eure, ce bai provient d’une souche ayant déjà donné plusieurs bons chevaux à cet élevage, qui mérite d’être mis en lumière.
 
Dorian Grey de Hus, Paris 2024 dans le viseur
Déjà sacré champion de France à quatre, cinq et six ans, Dorian Grey de Hus semble lancé sur le chemin de la gloire, ce qui n’est plus arrivé à un Selle Français depuis des lustres en dressage. Le fils d’une clone de Poetin et du regretté Don Juan de Hus, monté comme lui par Jessica Michel-Botton, semble posséder toutes les qualités pour atteindre l’élite mondiale et pourquoi pas représenter la France aux Jeux olympiques de Paris 2024.
 
Le Jumping des vendanges, institution (arrosée) du sud-ouest
Chaque mi-novembre à Barbaste, dans le Lot-et-Garonne, le pôle hippique de Lou Chibaou, acteur majeur du saut d’obstacles en Nouvelle-Aquitaine, clôt sa saison de concours avec son Jumping des Vendanges. Ce rendez-vous mêlant bons vins – voire grands crus – et compétition, de nombreux cavaliers du Sud-Ouest ne le rateraient pour rien au monde. Retour en anecdotes et en images sur un cru 2019… humide !
 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #113 GRANDPRIX n°113 FÉVRIER

GRANDPRIX #113

(GRANDPRIX n°113 FÉVRIER)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter