«Notre public mérite la finale de la Coupe du monde», Éric Dulong

Crédit : Artiste-Associé

Dimanche 10 février - 22h49 | Propos recueillis à Bordeaux par Sébastien Roullier

«Notre public mérite la finale de la Coupe du monde», Éric Dulong

Et si Bordeaux accueillait enfin la finale de la Coupe du monde Longines de saut d’obstacles? Cette véritable arlésienne, presque aussi vieille que le circuit hivernal, dont le Jumping aquitain – qui s’est achevé ce soir – est l’une des étapes les plus historiques, a refait surface ce week-end. Cette aventure dont rêvent bien des fans d’équitation, Éric Dulong, président de Congrès et Expositions de Bordeaux (CEB) depuis 2014, souhaite l’amorcer, avec pour objectif de voir la cité girondine recevoir l’événement planétaire d’ici cinq ans. GRANDPRIX l’a rencontré ce midi au bord de la piste.

Hier soir, lors de la conférence de presse consécutive au Grand Prix Coupe du monde Longines, vous avez clairement laissé entendre que le public bordelais mériterait bien la finale du circuit. Cela signifie-t-il que vous allez sérieusement vous lancer dans cette aventure?
Effectivement, ce serait une merveilleuse récompense pour notre public, bordelais, aquitain et venant souvent de bien plus loin encore, qui le mériterait bien (les 7.500 places assises étaient occupées à 100% vendredi soir, samedi et dimanche, ndlr). Ce serait même une consécration. Pour ma part, je vis mon sixième Jumping de Bordeaux en tant que président du CEB. Et outre ce public fabuleux, j’ai toujours été marqué par les témoignages de sympathie que nous recevons de la part des cavaliers et de leur entourage, des officiels et de la presse pour cette ambiance mais aussi l’accueil que nous leur réservons et la configuration des tribunes, qui sont ici au bord de la piste. Cela nous motive forcément à aller plus loin. C’est le message que je souhaitais faire passer hier soir. Depuis 1978 (date de naissance de la Coupe du monde), ce projet n’a jamais pu se concrétiser, mais ce n’est pas une raison pour ne pas réessayer de le mener à bien.
 
Les tentatives passées ont toujours avorté pour des raisons financières. Avez-vous des raisons de penser que le CEB pourrait réunir le budget nécessaire pour recevoir cette finale?
L’argent reste évidemment le nerf de la guerre. Cet après-midi, Alain Juppé (président de Bordeaux métropole, maire de Bordeaux et ancien Premier ministre, ndlr) nous fait l’honneur de sa présence. L’autre soir, j’étais en compagnie d’Alain Rousset, président de la région Nouvelle-Aquitaine. J’aurais sûrement l’opportunité d’en discuter avec eux. En tout cas, je vais tout faire pour remettre le dossier sur la table, tout en sachant que ce sera très compliqué.
Avec Sabine Zaegel (directrice du Jumping, ndlr) et ses équipes, nous allons devoir étudier le cahier des charges et évaluer ce que représente cet événement en termes de budget, de moyens humains, d’infrastructures et de logistique. À partir de là, nous pourrons juger s’il est vraiment raisonnable de porter une candidature pour recevoir cette finale d’ici trois à cinq ans.
Quoi qu’il en soit, Bordeaux et sa région jouissent aujourd’hui d’une attractivité extraordinaire et qui ne cesse de croître. Ce territoire est défendu par des personnalités politiques de premier plan. Nos infrastructures actuelles me semblent correspondre à l’accueil d’une telle compétition. Ce Parc des expositions continue d’ailleurs à s’agrandir et se moderniser. C’est un projet de moyen terme qui va nécessiter beaucoup de travail et de réflexion. Et même si je mettrai un terme à mes mandats fin 2020, j’aimerais que nous puissions sérieusement et efficacement y travailler d’ici là.
 
Depuis 2011, les finales des Coupes du monde de saut d’obstacles et dressage sont systématiquement organisées conjointement. Si le savoir-faire de Bordeaux n’est plus à démontrer en matière de jumping, organiser des épreuves de dressage marquerait un grand bond dans l’inconnu!
Oui, c’est certain. Aujourd’hui, notre Jumping est plébiscité, de même que notre Devoucoux Indoor Derby et la finale de la Coupe du monde d’attelage, que nous accueillons à nouveau cette année (Bordeaux avait également orchestré avec brio la finale du circuit indoor de voltige, ndlr). Sans oublier que notre salon se développe de manière extraordinaire depuis quelques années, en particulier grâce à l’univers de l’élevage. Pour ce qui est du dressage, oui, ce serait totalement nouveau, mais pourquoi pas!
 
Quelles relations entretenez-vous avec la Fédération équestre internationale et Longines, propriétaire et sponsor titre de ce circuit hivernal?
Elles sont excellentes. Je crois que la confiance et la satisfaction sont réciproques. Ce sont bien évidemment des partenaires avec lesquels nous discuterons et que nous devrons convaincre. En tout cas, il y a de notre part une réelle volonté de concrétiser ce projet, et j’espère voir un maximum d’acteurs la partager.

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #105 GRANDPRIX n°105 AVRIL

GRANDPRIX #105

(GRANDPRIX n°105 AVRIL)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter