Marcus Ehning pour un deuxième sacre aixois

Devant son public, Marcus Ehning a eu de la peine à retenir son émotion lors de la remise des prix.
Crédit : Scoopdyga

Dimanche 22 juillet - 19h01 | À Aix-la-Chapelle, Lucas Tracol

Marcus Ehning pour un deuxième sacre aixois

Au terme de deux manches difficiles et d’un barrage à cinq, Marcus Ehning a décroché cet après-midi à Aix-la-Chapelle son deuxième Grand Prix CSIO 5* d’Aix-la-Chapelle. Grâce à un Pret A Tout on ne peut plus au point, l’Allemand a été célébré, devant la malheureuse Portugaise Luciana Diniz sur Fit For Fun 13 et le métronome brésilien Pedro Veniss associé à Quabri de l’Isle. Seul Français au départ, Kevin Staut n’est pas allé au bout du premier parcours.

 - Marcus Ehning pour un deuxième sacre aixois

Pedro Venise et Quabri de l'Isle se sont littéralement promenés aujourd'hui à Aix-la-Chapelle.
Crédit : Scoopdyga

Dès 13h30 sur le stade principal du parc équestre de la Soers, quarante couples ont pris le départ du mythique Grand Prix CSIO 5* d’Aix-la-Chapelle. Et le premier parcours concocté par le local Frank Rothenberger n’avait rien d’une promenade de santé. Un double fautif en n°3, la rivière en n°4, l’incontournable double de bidets, un triple délicat en n°10 et une dernière ligne fatale ; telles étaient les réjouissances auxquelles les partants ont dû se frotter. Malgré tant de difficultés, onze couples ont réussi à accéder à la deuxième manche, réservée aux dix-huit meilleurs. 
 
Partis en n°8, Philipp Weishaupt et LB Convall, vainqueurs ici-même en 2016, ont montré la voie, non sans une petite frayeur. Le soubassement de l’oxer n°13 est en effet tombé sur leur passage. Heureusement pour eux, seule la chute des barres les plus hautes compte quatre points. Le duo a rapidement été imité par Pedro Veniss et la gravure Quabri de l’Isle, insolents de facilité. 
Comme souvent ici, la rivière a aujourd’hui fait quelques dégâts, et se trouve certainement à l’origine de la première faute de Kevin Staut, qui n’a semble-t-il pas réussi à suffisamment rééquilibrer Silver Deux de Virton*HDC pour aborder le vertical suivant. Le gigantesque alezan s’est ensuite retenu sur l’entrée du double de bidet, dont Kevin Staut l’a fait sortir, craignant certainement un mauvais saut sur le deuxième élément. Le seul Français au départ a ensuite préféré abandonner. Décevant, lorsque l’on sait que le couple n’a commis qu’une faute sur les deux manches de la Coupe des nations jeudi soir. 
 
Une chose est sûre, cette première manche n’a pas été au rabais, car seuls les couples les plus en forme du moment ont réussi à s’en extraire sans pénalité, à l’image de Steve Guerdat sur la pétillante Bianca, Marcus Ehning avec Pret A Tout, ou encore Luciana Diniz et Fit For Fun 13. On retiendra notamment la prestation de McLain Ward et HH Azur, qui ont déroulé un parcours digne d’un tour de hunter tant la fluidité était au rendez-vous, ou encore celui de son compatriote américain Devin Ryan sur l’imperturbable et pourtant jeune Eddie Blue. 
Chapeau bas également au Belge Yves Vanderhasselt, uniquement pénalisé par un point de temps sur Jeunesse, pour leur tout premier rendez-vous aixois. Jeudi déjà, ils avaient impressionné leur monde avec des tours à un et cinq points dans la Coupe des nations. Prétendant au Grand Chelem après sa victoire à Bois-le-Duc, Niels Bruynseels a rapidement déchanté avec deux fautes de Gancia de Muze, sur les n°5 et n°9. Manque de réussite également pour les Allemandes Simone Blum et Laura Klaphake, impériales jeudi soir sur DSP Alice et Catch Me If You Can. Pas de doublé pour le tenant du titre Grégory Wathelet, piégé sur l’avant-dernier effort du parcours avec Coree.
Malgré neuf points au compteur, saluons tout de même la performance du Britannique Harry Charles, qui participait ici à son tout premier CSI de niveau 5*. Une première dans le (très très) grand bain, une semaine après avoir été sacré par deux fois aux championnats d’Europe Longines Jeunes Cavaliers de Fontainebleau


À la vue de la liste des dix-huit engagés pour la deuxième manche, la bataille s’annonçait donc passionnante, et les quarante-mille spectateurs de l’incroyable stade de la Soers n’ont pas dû être déçus… 

Un quinté de vedettes se détache

Un quinté de vedettes se détache - Marcus Ehning pour un deuxième sacre aixois

Cette année encore, Luciana Diniz devra se contenter de la deuxième place...
Crédit : Scoopdyga

Ouvreur de la deuxième manche sur Ibelle van de Grote Haart, la jument révélée sous la selle de l’Estonien Urmas Raag lors de la finale de la Coupe du monde Longines de Paris en avril, le Brésilien Yuri Mansur a écopé de treize points. C’est dire si la tâche s’annonçait difficile. Pas de quoi impressionner la gagnante de cette même finale, Beezie Madden, qui s’est extirpée du parcours sans erreur et avec un chronomètre canon sur Darry Lou. Une belle opération, qui lui a permis de conclure ce Grand Prix à la sixième place, devant nombre de couples ayant réussi le sans-faute dans le premier acte. Même tactique payante pour le Suédois Henrik von Eckermann, juché sur Castello 194. Fraichement formé, le couple vainqueur du Grand Prix CSIO 5* de Sopot s’adjuge aujourd’hui la septième place du classement. 

Déjà sans-faute en première manche, Darragh Kenny s’est assuré une place dans l’éventuel barrage en réitérant, non sans peine ! À l’abord du double, une incompréhension avec sa généreuse Babalou 41 aurait en effet pu lui coûter cher. Très proche de l’entrée, l’alezane est parvenue à franchir le vertical, avant de mettre un énorme coup de jarret pour passer l’oxer sans pénalité. À peine croyable ! Comme sur le parcours précédent, Pedro Veniss et Quabri de l’Isle ont été impériaux, assurant ainsi une course au chronomètre. Là encore avec énormément de facilité, le Centaure Marcus Ehning s’est invité au barrage, aux côtés de Steve Guerdat et Luciana Diniz. 
 
Le Néerlandais Frank Schuttert a quant à lui vu ses rêves de victoire s’envoler après une faute de Chianti’s Champion sur le deuxième élément du triple. Philipp Weishaupt a de son côté abordé le vertical n°5 plutôt près, ne permettant pas à LB Convall de le franchir sans faute. Concernant Maurice Tebbel, les tribunes ont cru au fil du parcours qu’il serait le sixième barragiste. Le public a toutefois exprimé sa déception lorsque l’Allemand a franchi l’ultime oxer, dont il n’a pu laisser le deuxième plan sur les taquets. Rageant ! 
Auteurs de premières manches exemplaires, Werner Muff et McLain Ward ont complètement manqué leur deuxième rendez-vous. Le Suisse s’est fait piéger par deux fois dans les combinaisons et sur l’avant-dernier obstacle, sur un Daimler qui n’avait semble-t-il plus envie de jouer. Auteur de trois fautes inhabituelles pour HH Azur, l’Américain a quant à lui préféré jeter l’éponge après le double n°8. 

Cent douze foulées jusqu’à un deuxième sacre

Cent douze foulées jusqu’à un deuxième sacre - Marcus Ehning pour un deuxième sacre aixois

Face à des tribunes acquises à sa cause, Marcus Ehning n'a pas trouvé d'égal aujourd'hui.
Crédit : Scoopdyga

Ouvreur du barrage, Darragh Kenny n’a pas connu l’épilogue qu’il espérait. Visiblement éprouvée par les deux manches précédentes, Babalou 41 a commis trois fautes, reléguant ainsi son cavalier au pied du podium. Une sacrée performance tout de même pour cette fille de Balou du Rouet, dont Todd Minikus a cédé les rênes à l’Irlandais en février. 
Si l’an dernier Quabri de l’Isle et son cavalier n’avaient pu prendre part au Grand Prix en raison d’une blessure du Selle Français par Kannan, ils n’ont pas manqué leur rendez-vous cette fois. Ne disposant du galop le plus rapide du circuit, l’alezan brûlé a tout de même mené Pedro Veniss jusqu’au triple sans faute, arrêtant le chronomètre en 41“62, au mérite notamment d’un bel angle pris sur le troisième obstacle. Un temps de référence qui n’a pas tardé à être amélioré par le seul allemand au départ du barrage, Marcus Ehning. 
 
Juché sur son Selle Français de quinze ans, le pilote a imprimé un tempo soutenu sans jamais reprendre, un savoir-faire dont il est (presque) le seul à avoir le secret. Cent douze foulées après avoir franchi la ligne de départ, le temps de 38“34 s’est affiché sur l’écran géant. Nouvel objectif pour les deux derniers prétendants à la victoire, Steve Guerdat et Luciana Diniz. 
Malheureusement pour le champion olympique de Londres, ce barrage est à oublier, puisqu’à l’abord de l’oxer n°3, il a été difficile pour lui de trouver la meilleur distance. Comme mercredi dans le difficile prix d’Europe, la géniale Bianca est montée très haut, atterrissant au beau milieu de l’obstacle. Deux fautes dans le double se sont ensuite ajoutées au score du Suisse et de sa baie, ce qui leur veut la cinquième place de l’épreuve. 
 
Au terme de la compétition, Marcus Ehning a décrit le barrage de Luciana Diniz comme “les quarante secondes les plus longues de sa vie”. Pour cause, la Portugaise était la seule à pouvoir lui arracher le trophée des mains. Et si son extraordinaire fille de For Pleasure a réalisé exactement le même nombre de foulées que Pret A Tout sur le tracé, le chronomètre s’est arrêté en 40“96. “Ouf”de soulagement pour Marcus Ehning, qui a ainsi pu soulever pour la deuxième fois le trophée du vainqueur du Grand Prix CSIO 5* d’Aix-la-Chapelle, déjà ravi en 2006 sur Nolte’s Küchengirl. Au terme d’une semaine folle, le Centaure s’est donc adjugé un troisième sacre consécutif dans la Coupe des nations, ainsi qu’une superbe victoire individuelle dans un Grand Prix tout aussi formidable. Notons qu’avec Pret A Tout et Quabri de l’Isle, deux Selles Français sont sur le podium de l’épreuve que certains qualifient de “plus difficile au monde”
 
Pour Luciana Diniz, la pilule sera certainement dure à avaler,  puisque ce Grand Prix lui échappe pour la troisième fois. En 2013 avec Winningmood, elle avait laissé filer la victoire à Janne Friederike Meyer-Zimmermann pour une faute sur l’ultime obstacle, tandis que l’an passé elle terminait déjà deuxième avec Fit For Fun 13, pour moins d’une seconde de retard sur Grégory Wathelet et Coree. 


Les résultats ici 

La réaction de Marcus Ehning ici 
La réaction de Luciana Diniz ici 
La réaction de Pedro Veniss ici 
 

À lire également...

Réagissez

  • OrientdeFrebourg - le 23/07

    Je note également 1 seul français partant dans ce Grand Prix, je suis fan de P Guerdat mais la façon dont la France fait l'impasse depuis quelques années sur Aix-la-Chapelle est vraiment décevante. M Rozier ne risque pas d'être rejoint au palmarès du plus beau GP du Monde....

  • OrientdeFrebourg - le 23/07

    Effectivement le plateau du GP est digne d'un Championnat du Monde, tous les meilleurs chevaux de la planète. D'ailleurs il n'y a que 5 chevaux au barrage après deux manches ...

  • ALBERT MUDA - le 22/07

    Un très bon millésime , cet Aix 2018....et un très bon boulot du chef de piste , jolis parcours variés pendant 5 jours , un % de SF tout à fait correct .Gros , large et massif ? j'ai rarement vu autant de SF dans le GP , alors , soit tous ces chevaux sont des extra-terrestres , soit le chef de piste a très bien estimé le niveau des forces en présence .

Le mag

GRANDPRIX #98 GRANDPRIX n°98 JUILLET-AOÛT

GRANDPRIX #98

(GRANDPRIX n°98 JUILLET-AOÛT)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Instagram

Twitter