Ben Maher écrit sa trilogie sous la Tour Eiffel, Nicolas Delmotte deuxième

Crédit : Scoopdyga

Vendredi 06 juillet - 21h37 | À Paris, Lucas Tracol

Ben Maher écrit sa trilogie sous la Tour Eiffel, Nicolas Delmotte deuxième

Il ne laisse que des miettes à la concurrence ! Après s’être imposé hier dans l’épreuve d’ouverture et dans le premier rendez-vous aujourd’hui, Ben Maher vient de s’imposer dans l’épreuve à 1,55m. En selle sur Explosion W, le Britannique a toutefois tremblé lors du passage de Nicolas Delmotte, finalement deuxième avec Urano de Cartigny. Harrie Smolders est troisième avec Zinius. 

 - Ben Maher écrit sa trilogie sous la Tour Eiffel, Nicolas Delmotte deuxième

Meilleure performance française de Nicolas Delmotte et Urano de Cartigny ce soir à Paris.
Crédit : Scoopdyga

Décidemment, Ben Maher a mangé du lion avant de venir à Paris ! Ce soir, alors que le soleil se couchait derrière la Dame de fer, le Britannique a remporté sa troisième épreuve du week-end, sur quatre courues. Sans faute dans le premier acte, il a ensuite tout donné lors du barrage, associé à Explosion W, l’alezan qui le menait déjà vers la victoire à l’occasion du Longines Global Champions Tour de Madrid, début mai. Il faut dire que l’objectif fixé par le numéro un mondial Harrie Smolders, premier à partir au barrage, était audacieux. Sur Zinius, son petit alezan à la galopade tranchante, le Néerlandais a en effet franchi la ligne d’arrivée en 37“75, grâce notamment à un superbe demi-tour à l’abord de l’avant-dernier vertical. Pas de quoi impressionner le champion olympique par équipe de Londres Ben Maher, qui a profité de la grande galopade de son fils de Chacco Blue pour ouvrir le galop (sans jamais le refermer), jusqu’à arrêter le chronomètre Longines en 35“30. Dernier à pouvoir tenter de le détrôner, le Nordiste Nicolas Delmotte a bien tenté sa chance sur son superbe fils de Diamant de Semilly, Urano de Cartigny. Malgré les encouragements du public jusqu’à l’ultime obstacle, onze centièmes ont eu raison de sa victoire. Pour son quatrième concours international, le couple a ici signé sa plus belle performance, de quoi présager de belles choses pour la suite. 

Si les trois meilleurs de cette épreuve se sont battus comme des lions, les cinq autres qualifiés pour le barrage n’ont pas été moins motivés. Tous ont en revanche fait chuter une barre, à commencer par Jessica Springsteen sur RMF Zecilie, qui a dû se résoudre à rester au pied du podium après une barre sur l’ultime obstacle, tombée après une sacrée prise de risques. Même erreur pour le Belge Olivier Philippaerts sur Extra, finalement cinquièmes, et Henrik von Eckermann associé à Flotte Deern, huitièmes. Après avoir pris part à la Puissance hier, Simon Delestre et Chadino sont aujourd’hui sixièmes, la faute à une barre délogée de ses taquets sur la sortie du double. 

Obtenir sa qualification pour la première manche était en tout cas déjà une épreuve, à en juger par les huit abandons et l'unique élimination. La Tchèque Anna Kellnerova et son cheval Balguero se sont en effet écrasés dans l'obstacle n°9. Heureusement, tous deux se sont rapidement relevés et sont sortis de piste en allant vraissemblablement bien. 

Le meilleur Français à s'être arrêté après la première manche a été Julien Epaillard. Aux rênes de Virtuose Champeix, son nouvel étalon Selle Français de neuf ans, le Tricolore a pris la onzième place en bouclant un tour à quatre points. Remarquable régularité pour l'alezan, propriété du haras des Cours, qui avait déjà terminé deuxième de l'épreuve des Six Barres hier soir. Engagé avec sa fabuleuse Urhelia Lutterbach, Grégory Cottard n'a écopé que d'une faute sur l'oxer sur bidet n°8. Week-end plutôt difficile pour Kevin Staut en revanche ; après une chute d'Ayade de Septon*HDC hier, le Normand a ici accusé douze points avec le joli Lorenzo. Jour sans également pour Mathieu Billot et Philippe Rozier qui, associés à Unik d'Ick et Cristallo A*LM, ont préféré abandonner après plusieurs fautes. Pour son troisième retour en CSI 5* - puisqu'elle avait participé au CSIO 5* de Saint-Gall début juin et au CSI 5* de Knokke la semaine passée – depuis sa séparation avec le haras de Clarbec, Pénélope Leprevost a connu le même sort. La Normande a préféré abdiquer après deux fautes sur l'oxer n°4 et le vertical n°10.

Les résultats ici

À lire également...

Réagissez

  • ALBERT MUDA - le 06/07

    Merci et bravo Nicolas pour ces 2 beaux parcours , de tout coeur avec vous pour demain .

Le mag

GRANDPRIX #99 GRANDPRIX n°99 SEPTEMBRE

GRANDPRIX #99

(GRANDPRIX n°99 SEPTEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Instagram

Twitter