Rolf-Göran Bengtsson fait parler l’expérience à Paris

Crédit : Stefano Grasso/LGCT

Samedi 02 juillet - 22h25 | À Paris, Johanna Zilberstein

Rolf-Göran Bengtsson fait parler l’expérience à Paris

Il aura fait durer le suspense jusqu’au bout. Rolf-Göran Bengtsson a ainsi remporté le Global Champions Tour de Paris. En selle sur l’excellent Casall, le Suédois a fait parler l’expérience en toute fin de barrage, barrant la route à Simon Delestre, deuxième avec Hermès Ryan des Hayettes, et Pénélope Leprevost, sur la troisième marche du podium avec Vagabond de la Pomme.  

C’est sur un premier tracé un peu technique que les quarante-sept couples au départ de l’étape parisienne du Longines Global Champions Tour ont dû courir la première manche. Une première phase qui a bien démarré, avant que quelques cavaliers malchanceux, plutôt placés en fin d’épreuve, aient à évoluer sous des trombes d’eau ayant pu occasionner quelques fautes. Ouvreur de l’épreuve, le Turc Ömer Karaevli met quatre barres à terre avec Roso au Crosnier. Malgré tout, il ne faut pas attendre longtemps pour voir le premier sans-faute de l’épreuve puisque l’Américaine Georgina Bloomberg, troisième sur les listes de départ, signe un parcours parfait avec Lilli, malgré un très gros sursis en sortie de triple. Pour le Qatari Ali al-Rumaihi, les choses se passent moins bien et il préfère abandonner après deux fautes de Gunder. La jeune Tricolore Adeline Hécart, elle, se fait piéger dans le deuxième double avec Pasha du Gué et, déréglée, rentre avec un total de seize points de pénalité. Pour l’Allemand Christian Ahlmann, leader du circuit, le rêve tourne court puisqu’il est pénalisé en début de tour puis en fin de tour. Huit points également au compteur du Suisse Pius Schwizer, associé à PSG Future et de l’Allemand Ludger Beerbaum, vainqueur des étapes de Hambourg et Chantilly, associé à Chaman, qui a dû composer avec une belle averse. Sous la pluie également, le Normand Kevin Staut, qui faute sur l’ultime obstacle avec For Joy van’t Zorgvliet*HDC. En selle sur Quatrin de la Roque*LM, Julien Épaillard rentre avec huit points au compteur, tout comme Roger-Yves Bost sur Qoud’Cœur de la Loge.
Sur les dix-huit traditionnels cavaliers conviés en seconde manche, quatorze avaient signé un parcours parfait en première manche, leur permettant de rêver encore à la victoire. Premier à repartir avec ses quatre points du premier parcours, le Néerlandais Leopold van Asten alourdit son score de douze points avec VDL Groep Zidane. Kevin Staut, lui, met deux barres à terre, tout comme le Colombien Daniel Bluman sur Apardi. Le Néerlandais Harrie Smolders, lui, refait une faute avec Don VHP Z. Premier sans-faute à repartir, le Qatari Bassem Hassan Mohammed signe un nouveau sans-faute avec Dejavu, avant d’être imité par les Tricolores Pénélope Leprevost sur Vagabond de la Pomme, Mathieu Billot sur Shiva d’Amaury et Simon Delestre sur Hermès Ryan des Hayettes. Il y aura donc barrage, et avec de beaux couples ! C’est ensuite au tour d’Abdelkebir Ouaddar de s’élancer avec Quickly de Kreisker. Mais le Marocain doit faire face à un très inhabituel refus de Quickly de Kreisker, avant de commettre deux fautes. Georgina Bloomberg, elle, met une barre à terre. Après un début tonitruant, Cédric Angot et Saxo de la Cour fautent sur le dernier obstacle, mais ont encore montré un beau potentiel. Le Britannique Scott Brash, quant à lui, rejoint le barrage avec Ursula XII, alors que l’Américaine Jessica Springsteen fait la même faute que Cédric Angot avec Cynar V. La Suissesse Jane Richard Philips se fait quant à elle une belle frayeur dans le triple, dont elle sort finalement grâce à toute la générosité de Dieudonne de Guldenboom. Le couple rentre avec douze points au compteur. L’Australienne Edwina Tops-Alexander et son excellente Caretina de Joter se font quant à elle avoir dans le triple, alors que Harold Boisset doit essuyer un refus de Quolita Z avant de renverser une barre. Avant-dernier en piste, Rolf-Göran Bengtsson devient le sixième barragiste avec Casall, alors que le jeune allemand Philip Houston écope de quatre points avec Loewenherz.
Ils étaient donc six au barrage. Dans l’ordre, Bassem Hassan Mohammed a ouvert le bal, établissant le sans-faute et donc le premier temps de référence en 41’’33, qui lui donnera une très honorable quatrième place finale. Pénélope Leprevost, qui vient juste derrière, et abat le temps qatari de deux secondes (39’’12). Mathieu Billot, lui, part fort mais un demi-tour sur les hanches un peu trop court conduit Shiva d’Amaury à la faute, qui place le cavalier au sixième rang final. Simon Delestre, lui, fait descendre les enchères de la Normande et boucle en 39’’02. Habituellement rapide, Scott Brash préfère assurer le sans-faute, une technique qui lui permet de prendre la cinquième place. Dernière chance de battre le Lorrain, Rolf-Göran Bengtsson lance Casall dans un train d’enfer et prend d’énormes risques. Mais l’étalon est habitué à l’exercice et répond parfaitement à toutes les exigences de son pilote, abaissant le temps de près d’une seconde. Une sacrée performance pour le pilote mais aussi pour son magnifique compagnon, qui prouve à nouveau sa très bonne forme physique du haut de ses dix-sept ans.
 
Les résultats ici

À lire également...

Réagissez