Ludger Beerbaum, Chantilly après Hambourg

Ludger Beerbaum et Chiara 222 se sont adjugé avec brio le Grand Prix 5* de Chantilly.
Crédit : Scoopdyga

Samedi 28 mai - 20h36 | À Chantilly, Yeelen Ravier

Ludger Beerbaum, Chantilly après Hambourg

Le Grand Prix du CSI 5* de Chantilly, malgré éclairs et tonnerre, a livré du beau sport ce samedi après-midi. Après deux manches et un barrage, c'est Ludger Beerbaum qui a été le meilleur en signant un triple sans-faute exceptionnel sur Chiara 222. Daniel Deusser et Daniel Bluman ont complété le trio sur First Class van Eeckelghem et Conconcreto Apardi.

Les tops

Le top de la journée est sans hésiter à décerner à Ludger Beerbaum. Le patron de l'équipe allemande s'est imposé au terme d'un triple sans-faute très rapide. Malgré une petite ruade de sa Chiara en début de barrage qu'il lui aura fait perdre quelques centièmes, le Kaiser est parvenu aisément à devancer ses concurrents avec un chronomètre de 38''28. Après les déconvenues de sa jument grise à La Baule, où ils avaient écopé tous les deux de douze et zéro points dans la Coupe des nations, le duo semble être reparti pour briller, pour le plus grand bonheur du cavalier, que l'on avait rarement vu si heureux. Juché sur First Class van Eeckelghem, son compatriote Daniel Deusser a également bouclé le score parfait. Sans en avoir l'air et avec un cheval réputé pour ne pas être l'un des plus rapides, le Germanique a franchi la ligne d'arrivée en 38''98. Déjà troisième dans le Grand Prix 5* de Hambourg le mois passé, un autre Daniel, Bluman, a accroché la dernière marche du podium. En selle sur Conconcreto Apardi, le Colombien a réalisé un triple zéro en prenant quelques risques. Le podium a donc été occupé par deux Allemands, toujours très compétitifs en individuel.
Très bonne performance pour Robert Breul. Le Tricolore a réalisé deux bons tours sans pénalité, accompagné d'Arsouille du Seigneur. Au barrage, l'expérimenté pilote a tout de même essayé de se rapprocher de la victoire, mais a écopé de seize points, dont une faute sur un oxer et un refus après un tournant très osé sur l'avant-dernier vertical. Le Français a dans tous les cas prouvé qu'il était de taille pour rivaliser à haut-niveau. Très bonne performance à noter pour Leopold van Asten et l'excellent VDL Groep Zidane, qui ont déroulé un double sans-faute puis un tour à quatre points, fautant sur le vertical numéro trois. Belle régularité pour le Néerlandais, déjà exemplaire à La Baule. Les stars Fit For Fun 13, Casall Ask et Caretina de Joter, emmenées par Luciana Diniz, Rolf-Göran Bengtsson et Edwina Tops-Alexander, n'ont pas démérité et ont respectivement terminé cinquième, sixième et quatrième. Joli résultat également pour Jos Verlooy et Caracas, son étalon fils de Casall, qui n'ont écopé que d'un point de temps en seconde manche. Lisa Nooren, qui participait à l'un de ses premiers Grand Prix 5*, n'a accusé de deux fautes, malgré un très bon comportement de VDL Groep Sabech d'Ha.

Les flops

Petit flop à attribuer à Alberto Zorzi. L'Italien, travaillant depuis quelques années chez les écuries Tops, avait choisi Fair Light van't Heike, anciennement montée par Edwina Tops-Alexander. La jument, qui semble avoir perdu un peu de fraîcheur, a fauté sur l'obstacle numéro deux ainsi que sur l'entrée du double six. Déception pour Jérome Guéry et Grand Cru van de Rozenberg, duo vainqueur du Grand Prix de La Baule, qui ont laissé l'oxer quatre à terre, malgré un bon passage. Même s'il reste en tête du circuit du Global champions tour après cette étape, Christian Ahlmann n'a pas brillé aujourd'hui. Fautant à deux reprises, sur la palanque puis l'avant-dernier oxer, son Colorit n'est pas parvenu à se jouer des difficultés. Résultat guère satisfaisant pour Abdelkebir Ouaddar et Quickly de Kreisker. Le fidèle duo, dont l'étalon était visiblement très frais, n'a pu empêcher une barre sur l'entrée du fautif double numéro six, l'oxer suivant puis le vertical en entrée de triple.

Les Bleus

Le bilan pour les Vestes Bleues n'est pas très réjouissant. Le plateau présent n'étant pas forcément familiarisé avec les plus grosses épreuves, ce Grand Prix a servi de test. Robert Breul ayant été le seul sans-faute tricolore et Julien Epaillard le seul repêché en seconde manche, leurs quatre autres camarades n'ont malheureusement pas rempli les contrats. Parti en ouvreur de l'épreuve, Cédric Angot, aux rênes d'un Saxo de la Cour en vrais progrès, a déroulé un superbe parcours jusqu'à l'ultime oxer. Résultat tout de même positif si l'on tient compte du métier à haut-niveau du fils de Dollar de la Pierre. Grosse frayeur en revanche pour Alexandra Paillot. La championne de France en titre, qui avait réalisé un concours plutôt bon à La Baule il y a deux semaines, et son Polias de Blondel ont lourdement chuté dans l'oxer numéro quatre,partant une foulée plus tôt. La cavalière a semblé quelques peu sonnée mais allait bien, à contrario de son hongre qui boitait raidement. Affaire à suivre. Séparation de corps également pour Jérome Hurel et Ohm de Pontual. Le fidèle couple, tout comme il y a deux ans, s'est incompris dans le double numéro six, le Français chutant par devant. Engagée dans son premier Grand Prix 5*, Léontine Ledimar Z*HDC, pilotée par Patrice Delaveau, a montré de belles choses mais n'a pu éviter quatre fautes sur le double six, en entrée et milieu de triple, et sur l'avant-dernier oxer. Bilan positif pour Julien Epaillard. En forme ce week-end avec une victoire plus tôt dans la journée, le pilote a ici pris une neuvième place avec Quatrin de la Roque LM, écopant d'une malheureuse faute sur un oxer en fin de tour.
 

À lire également...

Réagissez

  • texasgrunge - le 29/05

    c'est bon plus de peur que de mal, alexandra paillot a juste des hématomes et polias s'est déplacé l'épaule donc c'est soignable avec un peu d'ostéo