Le Kaiser reprend du poil de la bête à Hambourg

Crédit : Stefano Grasso/LGCT

Samedi 07 mai - 18h28 | Johanna Zilberstein

Le Kaiser reprend du poil de la bête à Hambourg

On pensait l'entente compliquée entre eux et pourtant. Ludger Beerbaum et Casello se sont adjugé aujourd'hui le Global Champions Tour de Hambourg. Au terme d'un magnifique barrage où personne n'a pu le rattraper, le couple a devancé le Néerlandais Harrie Smolders, sur Don VHP Z, et le Colombien Daniel Bluman, sur Sancha LS.

C’est l’Allemand Philipp Weishaupt qui a ouvert les hostilités sur la magnifique piste de Hambourg et sous le soleil qui règne depuis le début de la compétition. En selle sur Chico, l’Allemand, cavalier des écuries Beerbaum, a été le premier des cinquante partants à s’élancer à l’assaut des onze obstacles et des quatorze efforts à fournir jusqu’à la ligne d’arrivée. Il fait une belle entrée en matière et sort avec quatre points à son compteur. Un peu plus tard, le Brésilien Rodrigo Pessoa tente sa chance avec Citizenguard Cadjanine Z mais écope de deux fautes. Première cartouche belge à prendre le départ, Pieter Devos, brillant dans l’épreuve majeure de jeudi, met cette fois-ci une barre à terre sur la brillante Candy. Son compatriote Jos Verlooy ne fait pas beaucoup mieux et faute à deux reprises. C’est ensuite au tour du couple vainqueur du difficile CSI 5* de Mexico, Roger-Yves Bost et Qoud’Cœur de la Loge, de tenter sa chance. Mais ça ne sera pas pour cette fois puisque les deux font la faute de trop et un chronomètre qui les empêche de rejoindre la seconde manche. Ça ne passe pas non plus pour le Belge Jerome Guery, sur le gris Alicante, qui rentre avec neuf points toutes pénalités confondues. Sur le prometteur Léonard de la Ferme CH, le Suisse Pius Schwizer ne parvient pas non plus à trouver la clé du parcours et sort avec deux faute, tout comme le Tricolore Kevin Staut, accompagné aujourd’hui de For Joy van’t Zorgvliet*HDC. Fait assez rare pour être souligné, Casall Ask aussi commet une faute sous la selle du Suédois Rolf-Göran Bengtsson. Pour l’Australienne Edwina Tops-Alexander, dont le Ego van Orti faisait sa rentrée sur un Grand Prix du plus haut niveau, la douche est plutôt froide avec neuf points au compteur.

Harrie Smolders donne le ton

Finalement, Denis Nielsen, malgré ses quatre points en première manche, a pu être repêché en seconde, tout comme Denis Lynch, un point. Sur Cashmoaker, le premier écope à nouveau d’une faute, tandis que le second, sur All Star 5, signe cette fois un parcours parfait dans le temps. Pour l’Allemand Andreas Kreuzer, sans-faute en première manche avec Calvilot, c’est l’inverse qui se produit puisqu’il écope d’un point de temps dépassé. Après une très belle première manche sur Cornet 39, l’Américaine Lauren Hough préfère jeter l’éponge en deuxième. L’Irlandais Bertram Allen, vainqueur de l’épreuve majeure d’hier avec Molly Malone V, tente à nouveau sa chance avec la grise mais doit concéder une faute. Très performant depuis le début du week-end, le Belge Nicola Philippaerts, dernier pilote de cette seconde manche, met deux barres à terre avec Zilverstar T.
Malgré tout, huit cavaliers compostent leur billet pour le barrage, où Harrie Smolders ouvre la danse. Avec Don VHP Z, le Néerlandais fait encore une belle démonstration de son talent et signe le premier chronomètre de référence en 35’’25. À sa suite, le Colombien Daniel Bluman tente de le rattraper sur Sancha LS mais rentre avec quatre centièmes de retard. L’Allemand Daniel Deusser tente alors sa chance avec First Class van Eeckelghem mais deux fautes le mettent hors-jeu. À mi-parcours, Ludger Beerbaum fait alors sa loi. En selle sur l’excellent Casello, avec lequel il avait jusque-là manqué un peu de réussite, l’Allemand montre qu’il n’a pas encore baissé les bras et conduit l’alezan sur un magnifique barrage, bouclé sans la moindre pénalité en 34’’81. Le chronomètre néerlandais est tombé et plus aucun ne viendra détrôner celui établi par le Kaiser. Ainsi, l’Allemand Marcus Ehning, plus rapide (34’’72), concède une faute avec Prêt À Tout, tout comme Simon Delestre sur Qlassic Bois Margot (35’’75). Christian Ahlmann, à qui tout réussi depuis quelques mois, trébuche lui aussi avec Codex One malgré un joli temps (34’’89). Dernière partante, un peu invitée surprise de cette finale au chronomètre, l’Américaine Georgina Bloomberg ne peut lutter avec Lilly et écope de deux faute et du chronomètre le moins rapide.

Les résultats ici

À lire également...

Réagissez